fbpx

Navigation en paddle: quelle reglementation?

Réglementation Stand Up Paddle

Le voici, le voilà ! Vous vous êtes enfin décidé à emboiter le pas au beau-frère qui s’est mis au Stand Up Paddle et avez investi dans votre première planche qui vient d’arriver chez vous ! La période hivernale approchant à grand pas vous ne pouvez pour le moment que contempler votre acquisition et vous vous prenez à rêver à tout ce que vous pourriez accomplir au retour des beaux jours : De folles traversées en tout genre, de la pêche, des rassemblements et bien plus encore !

Mais attention ! Sachez qu’il existe des règles à respecter pour tous vos projets sportifs car, oui, votre Stand Up Paddle, aussi bien rigide que gonflable, est considéré comme une embarcation et donc soumis à la réglementation maritime !

Nous allons tenter de décrypter les textes officiels afin que vous puissiez profiter de la glisse dans le respect des règles et surtout en toute sécurité !

Le statut juridique du SUP

 

La première étape dans la compréhension de la réglementation maritime est de repérer le statut juridique sous lequel se place le SUP. Et cela se corse d’entrée de jeu, car selon le type et la taille de votre engin il pourra se retrouver dans deux catégories différentes, toutes deux sujettes à des particularités.

Si votre planche est gonflable ou est rigide et mesure moins de3,5 m (11,5 pieds), elle entrera dans la catégorie Engin de Plage.  Vous êtes alors tenus de rester à une distance maximum de 300 mètres d’un abri (défini comme tout point de la côte où un navire et son équipage peut accoster et repartir sans assitance)

Si votre planche est rigide et de taille mesure plus de 3,5 m  ou gonflable avec 2 chambres séparées (nous vous renvoyons à notre article sur cette technologie) celle-ci entre dans la catégorie Embarcation. Vous avez alors la possibilité de vous éloigner jusqu’à 2 milles nautiques (environ 3 km) d’un abri. Vous serez également tenu de vous équiper d’un gilet de sauvetage (conforme aux dispositions de l’article 240-3.12 (soit 50N de flottabilité), d’un leash, d’un dispositif de remorquage (un bout long et solide) et d’une balise lumineuse de type flashlight étanche.

Oui, vos photos pour les réseaux sociaux pâtirons de l’ Expedition Style, mais ce sont les règles et c’est pour votre sécurité ! Autre point important qu’il convient de souligner, la navigation sur votre engin de plage se devra d’être diurne. Pas de bain de minuit avec le SUP gonflable donc !

Au cas où vous projetteriez une descente de rivière avec votre embarcation, sachez que le leash est interdit, pour des raisons, toutes sommes, évidentes.

Maintenant que vous connaissez parfaitement le statut de votre nouveau jouet, voyons plus en détail les règles de navigation qui s’y appliquent.

Règles de navigation du SUP

 

Tout type de plan d’eau présente ses particularités et il convient de repérer les diverses zones du spot avant de se mettre à l’eau afin de s’assurer de respecter les règles de navigation et s’affranchir de potentiels problèmes. Un point fondamental est que les zones de baignade vous sont interdites dans le cas où votre SUP serait autre qu’un Engin de Plage. De façon générale, question de bon sens, on évite d’aller titiller Geneviève et son gang qui font tranquillement leur brasse quotidienne dans la zone de baignade.

Lors de la mise à l’eau à proximité d’un port, de quelque type qu’il soit, il vous est interdit de croiser la route des chenaux d’entrée et de sortie de celui-ci. Pour pouvoir les repérer, ceux-ci sont matérialisés par d’imposantes bouées rouges (cylindriques) et vertes (coniques) respectivement à votre droite et à votre gauche lorsque vous regardez la mer depuis la côte. Attention toutefois, sachez que les couleurs sont inversées dans la zone B (englobant les Amériques, la Caraïbe, le Pacifique, le Japon, la Corée et les Philippines)!

Où que vous soyez sur le plan d’eau veillez  à ne pas croiser la route des navires qui ont une capacité de manœuvre restreinte (remorqueurs, voiliers, navires handicapés par leur tirant d’eau, etc.). Il en va de votre sécurité, une fois de plus !

Lors du repérage des diverses zones du plan d’eau, veillez à identifier les zones protégées pour éviter d’avoir la visite de Natura 2000. Pour observer certains animaux de plus près, vous pouvez toujours embarquer une bonne vieille paire de jumelles afin de respecter leur habitat.

Lorsque vous décidez de partir à plus de 300 mètres d’un abri afin d’exploiter le potentiel de votre embarcation au large, il vous est vivement recommandé de ne pas sortir seul et d’en informer les autorités ou, à fortiori, quelqu’un de votre entourage.

Nous ne pouvons bien entendu pas parler de règles de navigation sans énoncer les règles de priorité ! Premièrement, en mer, le SUP n’aura la priorité que sur les navires à moteur n’ayant pas de restriction de capacité de manœuvre (hors-bords, par exemple). Nous vous conseillons donc de ne pas traîner trop près des voiliers en navigation, gros navires motorisés et toute autre embarcation lourde qui n’aura pas la capacité de manœuvrer assez rapidement pour vous éviter.

En rivière, une petite subtilité s’applique par rapport à la taille du navire que vous croisez, oui, en rivière la taille compte ! A l’instar des règles en mer, votre SUP étant considéré comme une menue embarcation, vous n’aurez pas la priorité sur les navires à moteurs à partir de 15 m et les voiliers. Les navires à moteurs de moins de 15 m seront en revanche priés de manœuvrer pour vous laisser le champ libre.

Et lorsque je croise un autre SUP alors ? Eh bien, comme en voiture, on laissera la priorité au SUP venant de la droite. Au cas où nous serions dans une situation de face à face, veillez à passer sur le côté droit du rameur, et comme on ne le dit pas assez souvent, soyons courtois !

Les règles pour surfer

 

Et si je me lance dans le surf avec mon SUP? Une très bonne remarque, Patrick ! Oui, lorsque vous déciderez d’aller braver les vagues, il existe des règles à respecter pour s’éviter quelques désagréments. Avant tout, soyez réalistes quand à votre niveau ! Se lancer à Nazaré pour la première sortie en vagues n’est peut-être pas la meilleure des idées, même dans les mousses… Il s’agit de se faire plaisir tout en s’assurant de pouvoir raconter notre histoire plus tard !

Portez votre choix sur des spots peu fréquentés pour débuter, moins de pression de vos pairs, plus de plaisir ! Quoi qu’il arrive, rappelez-vous que vous êtes le capitaine de votre embarcation et le Capitaine n’abandonne JAMAIS le navire ! Si le courant vous emporte, laissez-vous dériver et vous rejoindrez la côte un peu plus loin, sain et sauf sur votre planche. Appliquez les règles de priorité du surf. Entre autres, un surfeur par vague, celui au plus proche du peak (lieu de déferlement de la vague) étant prioritaire sur les autres. Le bon respect de ces règles vous épargnera bien des soucis et tout particulièrement avec les surfeurs locaux qui seront alors plus que ravis de partager leurs spots !

Immatriculation ou pas ?

 

Nous pourrions légitimement nous poser cette question dès lors que notre planche favorite est considérée comme une embarcation. Réjouissez-vous, votre jouet est dispensé d’immatriculation tant que vous naviguez dans la bande des 2 milles nautiques des côtes. Vous pourrez cependant, si vous le souhaitez, faire immatriculer votre flotteur.

Et en  compétition ?

 

Lors de manifestations nautiques, les restrictions de navigation peuvent être outre passées dès lors ques TOUTES les conditions stipulées dans la Division 240 de la réglementation maritime sont réunies. Cela n’est pas de votre ressort bien entendu, l’organisateur de la manifestation est celui qui se porte garant que les conditions de sécurité sont remplies afin d’assurer le bon déroulement de la manifestation. Vous êtes donc tenus de respecter les protocoles et règles pour pouvoir participer, mais il s’agit, une fois de plus, de bon sens.

En bref

 

Pour conclure, vous avez pu vous rendre compte que sous son apparence fun et innocente, le SUP est soumis à quelques règles d’utilisation. Pour des informations plus détaillées (et souvent indigestes…), nous vous invitons à jeter un œil au site officiel de la réglementation maritime (Division 240 – Réglementation Maritime).

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter de belles sessions Diurnes pour la plupart ! A vos pagaies !

Partager:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Table des matières

Actu

Dans des sujets similaires

Vous cherchez un superbe paddle au meilleur prix?

Visitez notre boutique